Accéder au contenu principal

Humilité : 8 indices pour distinguer la vraie de la fausse


La vraie humilité est positive, la fausse humilité est la manifestation la plus aboutie de l’orgueil. Apprenez à les différencier pour devenir meilleur.


Vraie humilité
Fausse humilité
1
Accepter de dépendre des autres : Être conscient que si j’avance, ça ne dépend pas de moi mais de tous ceux qui m’ont aidé dans le passé ou me soutiennent aujourd’hui. Se réjouir que l’on ne puisse rien faire sans l’aide des autres, même s’il est paradoxalement plus difficile de recevoir que de donner.
Défendre farouchement son autonomie, ne rien demander à personne, ne pas aller vers les autres. L’obsession de l’autonomie de nos contemporains (conséquence de l’individualisme roi) est nuisible et franchement contraire à la vraie humilité.
2
La bonne estime de soi est une confiance en soi accompagnée de la conscience de ses fragilités. S’aimer sans arrogance et sans à-coup. Considérer que toute personne a de la valeur, et possède des talents utiles à la société, soi-même compris, et que seuls nos comportements, pas notre personne, peuvent être mauvais. Être indulgent vis-à-vis de soi-même, se reconnaître à la fois faillible et valable.
La détestation de soi : cette attitude cache en fait un égo boursoufflé et meurtri. Se dévaloriser ou au contraire se glorifier, en fonction de ses succès ou échecs, est un poison.
3

La persévérance dans le bien et la recherche de l’excellence, malgré les faiblesses et rechutes de soi-même et des autres dans des comportements médiocres.
La patience face aux obstacles de toute sorte : retards, perte de temps, réglementation, contrôles, moqueries, incompétences des autres…
Le découragement, la complaisance ou le renoncement lorsqu’on est confronté aux faiblesses et rechutes de soi-même et des autres dans des comportements médiocres.
La colère face aux obstacles : « je ne supporte pas d’attendre » ; « les autres sont nuls » …
4
La bonne prudence au sens de discrétion, finesse, tact, anticipation, écoute, politesse, préparation, attention aux émotions et besoins des autres.
La mauvaise prudence au sens de timidité, peur, duplicité, dissimulation, silence devant les injustices. L’humilité, ce n’est pas de fuir ses responsabilités, c’est au contraire de répondre à sa vocation et aux appels reçus, avec courage, détermination, c’est s’opposer aux injustices avec force, c’est se donner sans compter pour le bien commun.
5
Cacher ses bonnes actions, ne pas se glorifier et vanter devant les autres, ne pas parler à tort et à travers sans savoir, ne pas étaler sa culture, apprécier les marques de reconnaissance des autres sans en faire l’alpha et oméga de sa vie.
Se cacher : la misanthropie, la fuite du monde, se draper dans un splendide isolement, sont des manifestations de l’égo d’un désir secret et éperdu de reconnaissance doublé d’une prétention à la mépriser. Or personne ne peut prétendre être au-dessus du besoin naturel de reconnaissance.
6
Faire avec zèle les tâches ingrates et discrètes : prendre en charge spontanément des actions modestes et anonymes et les faire avec conscience, dévouement et compétence.
Considérer que ce que l’on fait n’a pas de valeur : « je ne sers rien », « je fais le sale boulot » « je ne suis qu’un pion ». Du coup, éviter ou mal faire ces tâches ingrates et sans visibilité.
7
Renoncer aux gloires de ce monde (célébrité, honneurs, toujours plus d’argent et de biens matériels, médailles, reconnaissances officielles…)
Renoncer à toute ambition, d’utiliser au mieux les talents et compétences que l’on a reçus pour construire un monde meilleur, et pour réaliser pleinement sa vocation au service de la communauté humaine.
8
Faire grandir les autres en leur faisant confiance: C'est dans la mesure où nous cherchons à faire grandir l'autre que nous devenons nous-mêmes grands à travers lui. C'est en consacrant toutes nos forces pour qu'il passe devant nous, qu'il soit plus fort que nous, que l'on devient soi-même pleinement supérieur.
Se sacrifier, faire à la place des autres : On prétexte qu’on se sacrifie pour les autres alors qu’en réalité, on se substitue aux autres parce que soit on est convaincu qu’on ne peut pas déléguer à des incapables soit on utilise le travail comme une dépendance, un moyen de fuir ses problèmes personnels.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le diplôme d'expertise-comptable enfin accessible par les acquis de l’expérience !

Bloqué depuis 2012, l’accès au diplôme d’expert-comptable par la voie de la validation des acquis de l’expérience devient possible depuis le 11 janvier 2019, date de délivrance du premier diplôme. Cette information est de première importance pour les personnes travaillant dans le domaine de l’audit, des finances et de comptabilité : comptables, directeurs financiers, contrôleurs de gestion, professionnels du chiffre et de l’audit.  Ils vont pouvoir faire reconnaître leurs compétences et accéder aux hautes fonctions financières permises par ce diplôme sans avoir à passer les examens ni faire le stage obligatoire. Lire aussi sur le sujet les articles dans :Les Echos , Compta Online, et dans Actuel EC

Rappel sur le diplôme d’expert-comptable Ultime diplôme de la filière des études comptables, le diplôme d’expertise comptable se décroche à bac + 8 et permet d’exercer en tant qu’expert-comptable ou de se préparer au métier de commissaire aux comptes.Le DEC est de niveau I dans la classifica…

Les 4 étapes pour obtenir son diplôme d'expert-comptable en VAE

Lire aussi articles dans Les Echos et dans Témoignage sur la VAE du DEC et Article dans Actuel EC
1/ Envoyer un livret 1 conforme au modèle prévu pour le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG) http://intec.cnam.fr/vae-validation-des-acquis-de-l-experience-195296.kjsp
à Monsieur le Président du Jury du diplôme d’expertise-comptable Service Intercacadémique des Examens et Concours Bureau DES 4 cellule « DEC » 7 rue Ernest Renan 94749 ARCUEIL cedex 2/ Attendre la lettre de recevabilité envoyée par le service interacadémique des examens et concours (SIEC). Le temps de traitement de la demande est inférieur à deux mois puisqu’en cas de non réponse au bout de deux mois, la non-réponse vaut acceptation. En cas d’interrogation, l’interlocuteur au SIEC est Mme Séverine NICOLAS 01 49 12 24 04 candidatdcgdscg@siec.education.fr
3/ Préparer son livret 2 en prenant pour modèle également les livrets 2 du DCG et DSCG. Il existe donc des fiches O (organisation) qui décrivent les organ…

1er diplôme d'expertise-comptable en VAE en France