Accéder au contenu principal

Still some main public bodies without audit opinion on their financial statements !

The Cour des comptes – France’s supreme #audit institution publishes for the third time its opinion on the quality of the accounts of public administrations based on the synthesis of the reports of the external auditors https://www.ccomptes.fr/fr/publications/la-qualite-des-comptes-des-administrations-publiques-1
This opinion, the writer of which was Hervé Boullanger, concerns the evolutions of the accounts between the fiscal years 2013 and 2016. This exercise is part of the constitutional mission conferred upon the Cour to ensure that the accounts of government agencies are ‘regular and accurate’ and that they ‘give a faithful representation of the result of their management, their assets, and their financial situation’.
The report and the opinion which accompanies concern 450 public entities representing €310 billion in gross expenses. For the first time, the hospitals (public health establishments) recently certified are included in the perimeter of this opinion.The scope covers nearly all public entities with significant accounting matters to handle.The present report raises an improvement of the quality of the accounts between both exercises examined with a reduction in the number of material qualifications. This global decrease of the material qualifications comes along with the persistence of some of them in assets and in internal control. These main reserves appear and evolve differently as the agencies are a part of  State or social administrations.
As in its previous report, the Court confirm that certain entities, although they may have significant impacts on public finances (several hundred million of euros of assets), are not yet subject to the obligation to have their accounts certified. 
.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 5 étapes pour obtenir son diplôme d'expert-comptable en VAE

Étape 1/ Télécharger les "livrets" (documents de candidature), les "référentiels" (contenu du programme des trois épreuves) et les circulaires d'explication sur la docuthèque du SIEC Étape 2 :  Envoyer son livret 1 à Monsieur le Président du Jury du diplôme d’expertise-comptable SIEC (Service Intercacadémique des Examens et Concours) Bureau DES 4 cellule « DEC » 7 rue Ernest Renan 94749 ARCUEIL cedex Étape 3 : Attendre la lettre de recevabilité envoyée par le SIEC. Le temps de traitement de la demande est inférieur à deux mois puisqu’en cas de non réponse au bout de deux mois, la non-réponse vaut acceptation. Étape 4 : Préparer son livret 2. Il existe des fiches O (organisation) qui décrivent les organismes dans lesquels on a travaillé, des fiches E (emploi) qui décrivent dans toutes les fonctions que l’on a occupées en quoi vous avez pratiqué les différents thèmes des trois épreuves du DEC (voir ci-dessous) et enfin des fiches C (compé

Le diplôme d'expertise-comptable enfin accessible par les acquis de l’expérience !

Bloqué depuis 2012, l’accès au diplôme d’expert-comptable par la voie de la validation des acquis de l’expérience devient possible depuis le 11 janvier 2019, date de délivrance du premier diplôme. Cette information est de première importance pour les personnes travaillant dans le domaine de l’audit, des finances et de comptabilité : comptables, directeurs financiers, contrôleurs de gestion, professionnels du chiffre et de l’audit.  Ils vont pouvoir faire reconnaître leurs compétences et accéder aux hautes fonctions financières permises par ce diplôme sans avoir à passer les examens ni faire le stage obligatoire. Lire aussi sur le sujet les articles dans : Les Echos  ,  Compta Online , et dans  Actuel EC Rappel sur le diplôme d’expert-comptable Ultime diplôme de la filière des études comptables, le diplôme d’expertise comptable se décroche à bac + 8 et permet d’exercer en tant qu’expert-comptable ou de se préparer au métier de commissaire aux comptes. Le DEC est d

Code de déontologie : un rempart contre la corruption ?

Article paru dans la Revue du financier   n° d'avril 2019 pages 22 à 34 Le rôle des codes de déontologie et de la prévention des conflits d'intérêt dans la lutte contre la corruption Pour lutter contre la corruption, certains observateurs estiment que seulement deux types d’instruments sont légitimes : -           le cadre répressif de l’État (lois fixant des interdictions, enquêtes et répression pénale) ; -           les procédures de détection internes aux organisations (audit interne, contrôle interne, sécurité des systèmes d’information). En bref, seuls les dispositifs contraignants, obligatoires (le hard  ) seraient efficaces. Les dispositifs préventifs, volontaires, d’autorégulation, comme les codes de déontologie et la gestion prudentielle des conflits d’intérêts seraient au contraire peu pertinents. Présentés comme une démonstration de bons sentiments sans portée réelle, deux types de critiques sont émises à leur encontre. La première critique