Accéder au contenu principal

First Frenchman awarded Chartered Accountant qualification by accreditation of prior experience


Last week, January 11th the national jury of the French chartered Accountancy Professional degree has decided, for the first time since the creation of this diploma, to award an applicant in accordance with the sections R. 613-33 to R. 613-50 of the French Education Code. This Act allows the national jury to award a person who has not completed his certificates or taken the Professional exam but who possesses established competence, relevant expertise and extensive professional experience in the field of accountant ethics, financial audit and academic research. The chartered accountancy professional degree is the highest diploma in accounting studies in France, that it can be taken 8 years after high school. Until now, only those applicants who hold the Master of Accounting and management and who have completed a 3-year internship in an accounting firm were admitted to this degree.
Since the adoption of the law in 2012, nobody had yet been awarded by accreditation of prior experience. Mr Hervé Boullanger, an auditor in the French Court of Accounts, the supreme audit institution in France, (equivalent of National Audit Office in UK or Government Accountability Office in USA) is the first laureate in this qualification procedure. This first success paves the way for all who were missing this award in initial training but since then have worked one or two decades as highly competent professionals.  Through this new procedure, they will be able to have their value recognized and reach the senior levels of the accounting firms or be assigned the responsibilities of CFO.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 5 étapes pour obtenir son diplôme d'expert-comptable en VAE

Étape 1/ Télécharger les "livrets" (documents de candidature), les "référentiels" (contenu du programme des trois épreuves) et les circulaires d'explication sur la docuthèque du SIEC Étape 2 :  Envoyer son livret 1 à Monsieur le Président du Jury du diplôme d’expertise-comptable SIEC (Service Intercacadémique des Examens et Concours) Bureau DES 4 cellule « DEC » 7 rue Ernest Renan 94749 ARCUEIL cedex Étape 3 : Attendre la lettre de recevabilité envoyée par le SIEC. Le temps de traitement de la demande est inférieur à deux mois puisqu’en cas de non réponse au bout de deux mois, la non-réponse vaut acceptation. Étape 4 : Préparer son livret 2. Il existe des fiches O (organisation) qui décrivent les organismes dans lesquels on a travaillé, des fiches E (emploi) qui décrivent dans toutes les fonctions que l’on a occupées en quoi vous avez pratiqué les différents thèmes des trois épreuves du DEC (voir ci-dessous) et enfin des fiches C (compé

Le diplôme d'expertise-comptable enfin accessible par les acquis de l’expérience !

Bloqué depuis 2012, l’accès au diplôme d’expert-comptable par la voie de la validation des acquis de l’expérience devient possible depuis le 11 janvier 2019, date de délivrance du premier diplôme. Cette information est de première importance pour les personnes travaillant dans le domaine de l’audit, des finances et de comptabilité : comptables, directeurs financiers, contrôleurs de gestion, professionnels du chiffre et de l’audit.  Ils vont pouvoir faire reconnaître leurs compétences et accéder aux hautes fonctions financières permises par ce diplôme sans avoir à passer les examens ni faire le stage obligatoire. Lire aussi sur le sujet les articles dans : Les Echos  ,  Compta Online , et dans  Actuel EC Rappel sur le diplôme d’expert-comptable Ultime diplôme de la filière des études comptables, le diplôme d’expertise comptable se décroche à bac + 8 et permet d’exercer en tant qu’expert-comptable ou de se préparer au métier de commissaire aux comptes. Le DEC est d

Code de déontologie : un rempart contre la corruption ?

Article paru dans la Revue du financier   n° d'avril 2019 pages 22 à 34 Le rôle des codes de déontologie et de la prévention des conflits d'intérêt dans la lutte contre la corruption Pour lutter contre la corruption, certains observateurs estiment que seulement deux types d’instruments sont légitimes : -           le cadre répressif de l’État (lois fixant des interdictions, enquêtes et répression pénale) ; -           les procédures de détection internes aux organisations (audit interne, contrôle interne, sécurité des systèmes d’information). En bref, seuls les dispositifs contraignants, obligatoires (le hard  ) seraient efficaces. Les dispositifs préventifs, volontaires, d’autorégulation, comme les codes de déontologie et la gestion prudentielle des conflits d’intérêts seraient au contraire peu pertinents. Présentés comme une démonstration de bons sentiments sans portée réelle, deux types de critiques sont émises à leur encontre. La première critique